Paris Dauphine, grande gagnante du Concours du Lobbying

Le 30 juin 2020, a eu lieu la cérémonie de remise des prix du Concours du Lobbying. Compte-tenu du contexte sanitaire, celle-ci s’est déroulée en comité réduit. La soirée a été l’occasion de récompenser les meilleurs dossiers. Sylvain Waserman, vice-président de l’Assemblée nationale en charge de la Délégation chargée des représentants d’intérêts et des groupes d’études était le parrain de cette 20ème édition.

Un trio de tête très proche

Sur les six sujets proposés, trois ont été remportés par des étudiants de Paris Dauphine (Le Mouvement associatif, CEPPEA et GICAT), tandis que Sciences Po Bordeaux se positionne sur deux autres (Roche et FEDEPSAD). Tandis que Sciences Po Grenoble s’est classé pour l’UTP.

Malgré leur « technicité », les sujets du Mouvement associatif, du CEPPEA et de Roche ont mené les groupes de Paris Dauphine (or et argent) et Sciences Po Bordeaux (bronze) sur le podium. Ils ont permis aux étudiants d’appliquer concrètement les enseignements reçus, de « mettre les mains dans le cambouis », selon leur propre expression.

Une nouvelle génération de lobbyistes prometteurs

Plusieurs membres du jury ont souligné le « professionnalisme » des étudiants. Les qualités mises en avant sont en particulier « le sérieux des travaux » (Elodie Routhier, responsable Affaires publiques Oncologie de Novartis Pharma), « la capacité d’intégration et de compréhension du sujet » (Alexandra Duvauchelle, délégué générale de la FEDEPSAD), ou « l’écoute » (Gilles Fassot, président du CEPPEA). Jean-Philippe Alosi, correcteur et directeur des Affaires publiques d’Amgen, a félicité les étudiants pour « la grande maturité des propositions » et leurs dossiers « extrêmement pédagogiques ». Plusieurs intervenants ont insisté sur l’importance de bénéficier d’argumentaires et de résolutions « clé en main » (Nelson de Pessemier, chargé de mission Relations institutionnelles de l’UTP). Raphaëlle Eyraud, chargée de mission Affaires publiques chez Roche, a aussi insisté sur l’importance de «  l’originalité des tactiques ».

Les étudiants apportent « un regard neuf » sur cette profession, souligne François Mattens, directeur des Affaires publiques et de l’Innovation du GICAT. Ils permettent également aux partenaires de « revenir aux fondamentaux » et de s’extraire de leur quotidien. Le Concours du Lobbying est aussi l’occasion pour des organisations professionnelles ou des associations (comme Le Mouvement associatif) de « sensibiliser » les étudiants à leurs problématiques, de montrer que le lobbying concerne toutes les organisations, pas seulement les entreprises.

Enfin, Sylvain Waserman, en sa qualité de parlementaire, a constaté que le lobbying fait désormais pleinement partie « du processus de co-construction ». D’ailleurs, il constate que les jeunes lobbyistes sont en phase avec l’évolution actuelle du lobbying, à la fois transparent et assumé.

Palmarès 2020

A l’issue du classement de ces dossiers, ont été récompensés les groupes d’étudiants suivants :

1er Prix : Paris Dauphine – sujet Le Mouvement associatif

2ème Prix : Paris Dauphine – sujet CEPPEA

3ème Prix : Sciences Po Bordeaux – sujet Roche

Pour l’ensemble des dossiers traités, le classement par écoles est le suivant :

1er Prix : Paris Dauphine

2ème Prix : Sciences Po Bordeaux

3ème Prix : Sciences Po Grenoble

Pour en savoir plus : Palmarès de l’édition 2020.

1 July 2020